Akbari: How We Write. Thirteen Ways of Looking at a Blank Page

How-We-Write-cover-E-216x346Tous connaissent cette peur de la page blanche, ce désarroi face à la solitude des mots, la pression de produire des pages, la confrontation incessante à la rédaction de textes, articles, thèses. Cela est vrai pour doctorants novices autant que professeurs aguerris. Comme nous sommes un groupe de recherche et pile-poil dans la ligne de mire de cette problématique, il nous semble judicieux de signaler cet ouvrage anglophone, honnête sur le processus de création universitaire et ainsi déculpabilisant pour nous tous.

A l’origine, il y avait un post de blog d’un étudiant de Toronto (Collins), mettant en lumière ses stratégies de travail en groupe et individuelle pour surmonter la solitude de « graduate student » dans un département de langue immense, sans vrai structure ni aide « pratique ». Ce billet a ensuite incité deux professeurs d’études médiévales de l’université de Toronto, Alex Gillespie et Suzanne Akbari, a révéler sur le blog influent dans la blogosphère scientifique nord-américaine « In The Middle » sous le titre prémonitoire « Dysfunctional Academic Writing » leurs manières personnelles de rédiger. Ces articles provocants mettant en branle un échange incéssant dans la communauté scientifique d’outre-Atlantique, et l’idée de cette anthologie est née.

Les auteurs de « How We Write » nous confient leurs téchniques de rédaction, et nous surprennent avec des conseils tout à fait improbables et à priori inavouables : procrastiner jusqu’à ce qu’on soit dos au mur, puis, avec toute cette pression, se mettre à rédiger, et ne plus rien faire d’autre (Akbari), ou de se débarrasser des mauvaises influences (« assholes » dans le texte) lors de ce processus (Gillespie). A côté de ces d’articles de professeurs établis, pour la majeure partie des médiévistes de renoms, se trouvent des textes des plus vulnérables et innovateurs dans ce système de « publish or perish »: les doctorants, avec des approches inhabituelles comme dans l’article sur un « groupe de comptabilité » (Sharp), permettant à trois étudiantes de structurer leur travail en rendant des comptes aux deux autres membres du groupe de chaque faits et dits. Contrôle de soi-même, mais aussi biais d’encouragement mutuel et de petites récompenses futiles mais si utiles.

Bref, écrire et rédiger est surtout un processus créatif et ludique. Ne l’oublions pas! La lecture de cet ouvrage est décomplexant, mais surtout, cette lecture nous motive de trouver nos propres stratégies en accord avec nos personnalités. C’est le meilleur moyen de s’assurer que nos articles, thèses et autres livres verront le jour, dans leur conditions et à leur rythme de rédaction; que ce soit soit la « procrastination structurée », qui implique l’accompagnement dans ce processus par des chats, omiprésents dans cet ouvrage (Confession intime: l’auteure de ces lignes aurait pu contribuer sur sa transformation en vampire-écrivaine et les bienfaits de la rédaction-biture nocturne).

Ce livre est paru même pas quatre mois après le billet original. La rapidité de la parution et la variété des participations est une preuve supplémentaire (s’il en avait besoin) que le questionnement sur comment écrire est d’utilité publique universitaire, non seulement pour nous médiévistes, mais certainement et également pour toutes les autres matières confrontées à l’enjeu que représente la page blanche. Un livre à mettre dans toutes leurs mains.

Constributeurs: Michael Collins, Suzanne Conklin Akbari, Alexandra Gillespie, Alice Hutton Sharp, Asa Simon Mittman, Jeffrey Jerome Cohen, Maura Nolan, Richard H. Godden, Bruce Holsinger, Stuart Elden, Derek Gregory, Steve Mentz, Dan Kline.

Infos et bonus: Le livre est en téléchargement libre ici. Pensez de faire une donation!

Bild: Coverture du livre, punctum books, Brooklyn 2015.


Une réflexion au sujet de « Akbari: How We Write. Thirteen Ways of Looking at a Blank Page »

  1. Ping : How We Write – the open access collection reviewed and highlighted | Progressive Geographies

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *