Conference Report: Educational Games and Ludic Knowledge

Let’s finish the year 2017 with a look back and a look ahead at the same time. Early 2018 will see the publication of the second volume of the conference preceedings on « Educational games and ludic knowledge », to be published as « Jeux éducatifs et savoirs ludiques dans l’Europe médiévale II » with Ludica. Annali di storia e civiltà del gioco, vol. 23 (2017) edited by Francesca Aceto and Vanina Kopp.

In the meanwhile, we haven’t had the opportunity to post a very thoughtful conference report written in French by Adrien Belgrano back when the conference happened in november 2015. So here it is – both a huge shout out to all who supported and participated in our endeavour to study medieval games cultures in the past year(s) as well as an outlook on hopefully exciting readings and events to come up next year(s)!

 

Compte-rendu du colloque « Jeux éducatifs et savoirs ludiques dans l’Europe médiévale »

par Adrien Belgrano

Le colloque « Jeux éducatifs et savoirs ludiques dans l’Europe médiévale », organisé par Francesca Aceto (doctorante, EHESS) et Vanina Kopp (chargée de recherches, IHA) s’est tenu les 23 et 24 novembre 2015 à l’Institut historique allemand, à Paris.

Les deux journées de travail ont vu se succéder 4 sessions et une table-ronde. L’objet principal était de saisir la façon dont des pratiques ludiques et des pratiques didactiques pouvaient se croiser, voire se confondre, durant toute la période médiévale, quoique le bas Moyen Âge ait été particulièrement représenté. Un des problèmes qui se posait était de savoir ce qui relevait de l’éducation et dans quelle mesure elle pouvait résider dans des pratiques ludiques alors que, comme cela a été relevé par l’une des organisatrices, la transmission passe alors avant tout par une autorité et se fait à travers une « violence symbolique ». Les diverses interventions ont permis de saisir la multiplicité, encore trop sous-estimée sans doute, de telles pratiques tout en interrogeant à la fois la notion de « jeu » et celle de « savoir ». Globalement, on pourrait diviser les présentations en deux grandes catégories. Une partie des intervenants se sont penchés sur les pratiques ludiques éducatives, l’autre partie ayant plutôt abordé les discours, la façon dont le jeu est perçu, notamment dans ses potentialités éducatives.

Il est à noter, pour commencer, qu’une ambiguïté fondamentale, relevée tout au long du colloque, est constitutive de l’idée du jeu dans l’Occident. S’opposant au travail, le jeu est repoussé du côté de l’otium et en ce sens condamné. Cependant, il permet, selon Thomas d’Aquin, un repos du corps et de l’âme rendu nécessaire par les tâches physiques ou intellectuelles. Comme l’a montré Alessandra Rizzi dans son intervention, « Educare col gioco/rieducare al gioco: predicatori e uomini di Chiesa fra medioevo ed età moderna », tout au long du Moyen Âge, un tri s’effectue donc entre le licite et l’illicite, l’utile et l’inutile – la moindre des utilités n’étant pas le caractère didactique de certains jeux. Ainsi, une activité ludique modérée, licite sous certaines conditions, n’est pas seulement bénéfique pour la santé, elle permet aussi d’acquérir la virtù, de se conformer aux valeurs chrétiennes et aux valeurs sociales. Dans le même ordre d’idées, la communication de Jacques Berlioz et Marie-Anne Polo de Beaulieu, « Les prédicateurs connaissaient-ils la notion de jeux éducatifs ? Enquête dans quelques collections exemplaires (xiiie–xve siècles) », visait à comprendre quelle perception les prédicateurs avaient du jeu à travers l’analyse des récits exemplaires. S’ils sont violemment décriés, il n’en reste pas moins qu’ils sont très largement présents dans les recueils. Enfin, la condamnation disparaît dans le cas particulier des jeux enfantins et ces derniers peuvent même avoir des vertus éducatives quand les nourrices effrayent les enfants ou quand, plus tard, ils s’amusent à s’effrayer entre eux. Cet intérêt pour les jeux des jeunes enfants s’est aussi retrouvé dans la communication de Noëlle-Laetitia Perret, « Quid est iocunditas ? La place accordée au jeu dans l’éducation du prince d’après Gilles de Rome et son traducteur Guillaume (xiiie–xive siècles) », le De regimine principum précisant, en effet, que les exercices physiques sont bons pour la physiologie de l’enfant, tout en lui enseignant la modération. Ces moments de repos sont explicitement présentés comme des occasions d’apprentissages, le traducteur Guillaume ajoutant même des passages de son cru, sur sa propre expérience de pédagogie par le jeu.

Cette façon d’acquérir des savoirs mais surtout la capacité à se conformer à des valeurs sociales, voire de briller en société, sont essentielles dans cette pédagogie ludique, comme l’ont fait remarquer les autres interventions qui se sont attachées aux pratiques de jeux en elles-mêmes. Ainsi, Michele Ferrari, dans une communication intitulée « Le moine et les mots. Jouer au Haut Moyen Âge », a pu montrer comment les multiples activités ludiques des moines participent à la fois d’un otium mais également d’une longue tradition éducative et forment le moine, à travers les énigmes (les joca monaca), à son activité méditative. Ce caractère ludique est également lié à une curiosité et un intérêt pour les mirabilia, ou la compréhension des phénomènes naturels, qui perdurent jusqu’à la fin du Moyen Âge. Dans sa communication, « Curiosité, plaisir et enseignement dans les encyclopédies entre Moyen Âge et Renaissance », Iolanda Ventura a montré comment des recueils de questions-réponses portant, sans organisation particulière, sur un grand nombre de sujets devenaient des outils pour animer les conversations mondaines, malgré des formes pourtant extrêmement proches de débats savants. La conversation apparaît donc comme un lieu de croisement essentiel entre jeu mondain et savoir théorique ou rhétorique. À la même époque, la culture courtoise a atteint un grand degré de raffinement, comme en témoignent les manuels de conversation courtoise. Dans son intervention, « Les recueils de demandes d’amour. Manuels éducatif de savoir-vivre au bas Moyen Âge ? », Vanina Kopp montre que ce jeu n’est pas seulement une façon de calquer les demandes d’amour sur une tradition rhétorique ancienne : elle est aussi une façon d’intégrer les codes de culture courtoise. D’une manière similaire mais dans un autre milieu social, Francesca Aceto s’est intéressée aux traités de mathématiques commerciaux, dans sa communication « « Problèmes pour aiguiser l’esprit des jeunes ». Quelques observations sur le jeu en tant que technique intellectuelle dans le milieu italien du xve siècle ». Leur objectif est de préparer les jeunes gens à des situations commerciales. Par l’analyse de jeux mathématiques, Francesca Aceto a montré comment se mêlent des astuces mathématiques de comptabilité et des considérations morales et religieuses. On y trouve aussi des modalités de distinctions sociales, notamment par la réappropriation de pratiques jugées superstitieuses par l’autorité religieuse, à la fois utilisées comme prétexte au jeu et mises à distance par la même occasion.

Dans le domaine des savoirs rhétoriques, il convient toutefois noter la prédominance de la langue latine. Sophie Caflisch, dans sa communication « Latine inter ludendum loquentur : Language Immersion through Movement Games in Late Medieval Europe », a eu l’occasion d’insister sur l’omniprésence de la langue latine, y-compris chez les laïcs. L’enseignement de la langue passe par une « immersion » dans un univers où tout est en latin, et notamment les jeux, moyen privilégié de cet enseignement même si, comme Jacques Verger a tenu à le mentionner lors de la discussion, il existe un indéniable caractère coercitif et violent lié à ces pratiques d’enseignement du latin. Et quand le niveau de la langue s’élève, le jeu n’en est pas moins présent, comme l’a bien montré Benoît Grévin, dans sa communication « La rhétorique est-elle un jeu ? Aspects ludiques et agonistiques de l’entraînement à la composition latine aux xiiie et xive siècles ». Il persiste même tout au long de la vie entre anciens élèves et professeurs, chanceliers ou simples notaires, qui entretiennent de longues correspondances sur des sujets faibles ou parodiques, dont la vacuité du fond met en valeur la forme. Plus qu’un simple jeu, cette pratique est un entraînement visant à exercer ses capacités afin de dépasser le rang de simple copiste voire de montrer son talent pour obtenir une fonction prestigieuse, tout en s’insérant dans un réseau. Mais, inversement, ces parodies sont aussi des modèles produits par des enseignants pour former leurs étudiants aux conventions rhétoriques propres à chaque genre épistolaire. Ces questions liant formation et valorisation de soi par le jeu se sont également trouvées au centre de la communication d’Ilaria Taddei, « Jouer dans la cité des humanistes. Les confréries de jeunesse à Florence au xve siècle ». Se dessine alors à Florence, dans ces confréries, un enseignement humaniste basé en partie sur le jeu, qui converge avec un enseignement religieux plus traditionnel. Entre les moments de prière et de lecture, des moment récréatifs sont l’occasion de mettre en place de activités théâtrales qui permettent de promouvoir des valeurs religieuses, tant chez les jeunes acteurs que chez leur public. Ilaria Taddei note, en outre, que ces activités sont également une opportunité pour les familles les plus puissantes de montrer leur pouvoir, par le financement des pièces mais aussi par l’écriture des textes. En ce qui concerne le théâtre en langue vernaculaire à la même époque dans le nord de la France, son développement est encouragé notamment par l’apprentissage rhétorique que suivent les clercs de l’Université de Paris, comme l’a proposé Darwin Smith dans sa communication « Hypothèse sur le développement du théâtre vernaculaire dans l’université de Paris aux xive et xve siècles ». La formation des clercs de la Basoche à travers notamment des causes virtuelles, « causes grasses », ou des pratiques plus proprement théâtrales qui permettent d’aborder de manière plaisante des questions savantes, permettent aux étudiants d’acquérir des compétences techniques, de jeu ou de mise en scène, développées autant en vernaculaire qu’en latin.

Le colloque s’est achevé sur une discussion entre les participants et deux anthropologues, Roberte Hamayon et Thierry Wendling. Elle a porté tout particulièrement sur les enrichissements réciproques entre Histoire et Anthropologie à propos du jeu de manière générale. Comme l’a rappelé Roberte Hamayon, la notion de jeu recouvre une grande variété d’activités et pose des problèmes de définition. Cette difficulté recouvre aussi les diverses modalités de jeu : son caractère agonistique (et son lien avec les pratiques et le vocabulaire matrimonial), son importance rituelle (par exemple, dans les verbes servant à désigner les activités des chamans ou dans les pratiques de divination), la place accordée au spectateur (qui participe à la ritualisation) ou encore sa condamnation, tout à fait spécifique à l’Occident, doivent aussi faire l’objet d’enquêtes. Cela pourrait se faire, peut-être, comme l’a proposé Thierry Wendling, à travers les cas limites de transgression du « contrat ludique », c’est-à-dire dans les cas de tricherie. Grâce à ces pistes de réflexion, la discussion a souligné à quel point l’étude des jeux au Moyen-Âge revêt un intérêt particulier, notamment comme moment de transition. Par exemple, la place accordée à l’intervention divine n’est pas sans lien avec l’évolution de la perception sociale de la ruse et du tricheur. On a pu également mettre en avant, pour la fin de la période médiévale, l’importance du lien fait entre corps et jeu d’un point de vue médical et moral tendant, notamment, à vouloir exclure les joueuses de l’espace public.

Et d’ailleurs, s’il fallait, malgré tout, exprimer quelque légère réserve, on regrettera que certains aspects plus anthropologiques encore de la question n’aient pas davantage été abordés. Comment, par exemple, certaines activités telles que la danse, l’escrime ou l’équitation, tout en transmettant des savoirs purement techniques, éduquent les corps à un mode d’être en société – on notera toutefois avec plaisir que cette question a été ponctuellement évoquée lors des communications de Noëlle-Laetita Perret, Alessandra Rizzi et Ilaria Taddei. On pourrait aussi se demander comment des pratiques ludiques éduquent le regard ou la façon de penser de ceux qui les pratiquent, en-deçà même d’apprentissage techniques ou rhétoriques. Dans cette perspective, la communication de Francesca Aceto n’était pas sans poser quelques jalons. Mais sans doute est-ce déjà aller trop loin à un stade où l’inventaire de ces pratiques de jeux éducatifs reste encore largement à faire. À ce titre, ce colloque pose une pierre passionnante dans cet édifice à construire et on ne peut que se réjouir de sa parution prochaine dans Ludica.

 

Crédit image: Filippo Calandri, Trattato di aritmetica, Ms. Ricc. 2669, col 117/118.  Avec la permission de la Bibliothèque Riccardiana, Florence.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *