Archives de l’auteur : Guillaume Bureaux

Echanges trans-rhénan #2

prixprestigesplendeurDans le projet fondé par Ursula Gießmann, Bernhard Hollick et Vanina Kopp, il fut décidé que les villes de Cologne et Paris recevraient chacune leur tour une session du colloque « Pracht – Preis-Prestige ». Ce colloque prend place au coeur des vivaces liens unissant nos deux pays, dont l’Institut Historique Allemand constitue l’un des fers de lance.

Forte du succès de la première session ayant réunie une grosse vingtaine de chercheurs, aussi bien intervenants, modérateurs que curieux ayant prit place dans le public, cette deuxième rencontre se place sous les meilleurs auspices.

Continuer la lecture

Journée d’étude 19 avril 2016: La chevalerie en représentation (Institut Historique Allemand, Paris)

Le 19 avril 2016, l’Institut Historique Allemand de Paris a accueilli pas moins de 10 chercheurs venus de touCombat de Lancelot et de Palamède - Kopiete l’Europe pour une journée consacrée à l’étude de la chevalerie en représentation.

Le but de cette journée fut de mettre en avant la recherche actuelle, aussi bien en histoire qu’en littérature médiévale, le renouveau d’un thème déjà largement étudié, à savoir celui de la chevalerie.

Un autre objectif fut de faire se rencontrer à la fois des jeunes chercheurs (doctorants, jeunes docteurs) et des spécialistes dans ce champ de recherche afin d’apporter à la fois une base de travail faisant consensus et d’offrir l’opportunité de présenter de nouvelles approches en la matière.

 

Programme de la journée

 

crédits image: Combat de Lancelot et de Palamède, Paris, BNF, ms. fr. 112, fol. 175v.

CFP: La chevalerie en représentation

19 avril 2016, Institut Historique Allemand de ParisEvrard d'Espinques. Tournoi de Sorelois.

L’image galvaudée d’un Moyen Âge noir, empreint de malheurs en tout genre, encore persistante de nos jours, tend à montrer une certaine immobilité, aussi bien intellectuelle, sociale et économique que politique et culturelle. À en croire cette représentation, nombre de pratiques dites « moyenâgeuses » renvoient inévitablement à cette période pensée comme rude et austère. C’est cependant oublier le goût des hommes et des femmes du Moyen Âge pour les festivités, les réjouissances et les moments d’union avec tel ou tel souverain, telle ou telle ville.

S’il est vrai que la plupart des fêtes sont l’apanage de l’élite sociale qu’incarne la noblesse, la bourgeoisie et voire même les ecclésiastiques ; elles constituent des témoignages précieux pour la connaissance de cette époque et de son organisation. Tournois, joutes et pas d’armes, bien que nobiliaires ou haut-bourgeois, sont des événements réunissant un ensemble de personnes représentatif de la société médiévale. D’après Roger Caillois, les jeux, notamment agonaux, sont des moments à part, « hors du temps » quotidien. Ils incarnent une réponse formidable à un besoin ludique dont l’ensemble des catégories sociales se nourrissent et dans laquelle elles puisent leurs forces pour dépasser une réalité souvent difficile.

Cette journée aura à cœur, par une approche aussi bien internationale que pluridisciplinaire, d’étudier de plus près les divertissements chevaleresques, qu’ils relèvent du militaire (tournois, joutes…), du politique (mariage, traités…) ou autre, comme des moments essentiels pour la structuration de la société médiévale, et plus particulièrement dans les sphères nobiliaires.

Le but de cette journée d’étude est de faire se rencontrer à la fois des jeunes chercheurs (doctorants, jeunes docteurs) et des spécialistes dans ce champ de recherche afin d’apporter à la fois une base de travail faisant consensus et d’offrir l’opportunité de présenter de nouvelles approches en la matière. Toute proposition, qu’elles soient, ou non, en lien direct avec le sujet proposé sont les bienvenues. Le libre choix est laissé aux intervenants d’aborder d’autres thèmes que ceux proposés dans la liste suivante:

  • histoire politique et diplomatique dans les principautés et royaumes de l’Occident médiéval

  • histoire culturelle et sociale du Moyen Âge

  • histoire du vêtement et des bijoux

  • histoire des femmes/du genre

  • histoire littéraire : littérature religieuse ou profane, en prose ou versifiée

Les interventions des jeunes chercheurs seront suivies de celles de Torsten Hiltmann (Münster), Jacques Paviot (Paris-Est Créteil) et Jayne Wackett (Canterbury).

Les langues de travail seront le français (de préférence), l’allemand et l’anglais. La maîtrise active d’une de ces langues et la maîtrise passive des deux autres est requise. L’appel à candidature s’adresse aux historiennes et historiens, ou relevant d’autres disciplines, en doctorat et au-delà. La candidature doit comprendre une brève présentation de la communication de 30 minutes envisagée (max. 350 mots), une lettre de candidature (précisant les connaissances de langues) ainsi qu’un CV universitaire. Une publication des interventions de l’atelier est envisagée. Les frais de voyage des intervenants et intervenantes seront remboursés, l’hébergement pour deux nuits peut être pris en charge.

Cette journée d’étude s’inscrit dans une dynamique de recherche instituée par le groupe de recherche de l’Institut historique allemand « Jeux et compétitions dans la sociabilité médiévale ». Pour tout renseignement complémentaire, merci de contacter Guillaume Bureaux (gbureaux@dhi-paris.fr)

Les candidatures sont à envoyer, jusqu’au 15 mars 2016 inclus en un seul fichier PDF à l’adresse ci-dessus en indiquant l’objet « Chevalerie en représentation ».

Image: Evrard d’Espinques, Tournois de Sorelois, Paris, BNF, ms. fr. 999, fol. 391v.

Pas d’armes et rivalités princières

Le but de ma thèse de doctorat, débutée en octobre 2014, est d’analyser le rôle des divertissements chevaleresques, et plus particulièrement des pas d’armes, au cœur des liens interpersonnels pouvant exister entre les hommes et les femmes des grandes cours princières occidentales au XVe siècle. Plus précisément, il s’agira d’établir une étude comparatiste, ayant comme points de mire la rivalité entre les cours d’Anjou et de Bourgogne, de même que les liens amicaux, voir fraternels, qu’entretenaient entre eux les chevaliers.

pas de saumur entrée RRApparus en 1428 à la cour de Castille, les pas d’armes deviennent, dès la fin de la première moitié du XVe siècle, des instruments de promotion du pouvoir organisateur en place. A l’instar des tournois et des joutes, desquelles ils découlent directement, les pas d’armes jouent un rôle prédominant dans les politiques festives des princes occidentaux. Mais contrairement à leurs ainés, les pas n’ont pas pour but premier de célébrer un traité de paix ou économique, et n’ont pas comme ambition de devenir des festivités annuelles ou du moins organisées selon un calendrier bien défini. Les pas sont à comprendre à la fois comme de grandes fêtes de la chevalerie, où les prouesses personnelles, l’ostentation et l’exaltation d’un fort sentiment d’unité, voir « national » lorsque la fine fleur chevaleresque d’une principauté est réunie, est de mise ; et à la fois comme un moyen d’ériger le prince, qu’il soit organisateur ou mécène, et son pouvoir come symbole absolu de la Chevalerie. C’est là un point crucial de ce sujet, puisque chaque cour organisant des pas plus fabuleux les uns que les autres se mettent en compétition avec leurs rivales afin de prouver leur supériorité en matière de chevalerie.

Une autre caractéristique des pas, les distinguant des joutes et des tournois, est le rôle prédominant de la littérature, en particulier arthurienne, dans l’élaboration de tels événements. Peut-être plus important que l’aspect agonal intrinsèquement lié à toute compétition, l’univers imaginaire créé par l’entrepreneur et la mimésis acceptée par les chevaliers participants, fortement encouragé par les volontés princières, confèrent aux pas d’armes leur caractère unique dans le monde des divertissements médiévaux.

 

Crédits photographiques:

Le pas de Saumur, Saint-Pétersbourg, Bibliothèque nationale de Russie Saltykov-Chtchedrine, ms. fr. F. p. XIV, 4, fol. 6r

Guillaume Bureaux: Présentation

STEF4861Doctorant de l’université de Rouen sous la direction d’Elisabeth Lalou et de Lydwine Scordia, membre du GRHis, je bénéficie d’un contrat doctoral à l’Institut Historique Allemand de Paris, membre du groupe de recherche de l’IHA « Jeux et compétition au Moyen-Age » dirigé par Vanina Kopp (IHA).

Après l’obtention d’un BAC ES, mes pas se sont dirigés vers l’Histoire et plus particulièrement vers l’histoire médiévale. C’est à la suite d’un exposé de 2nde année qu’un intérêt pour la chevalerie et plus particulièrement pour les divertissements chevaleresques s’est fait ressentir. Cette tendance s’est confirmée au moment de choisir mon sujet de master. Le choix m’étant laissé libre par mes directrices, j’ai pris le parti de travailler sur le rôle politique et économique des tournois, des joutes et des pas d’armes dans les Etats Bourguignons entre 1404 et 1486.

C’est au moment de répondre à l’appel à candidature lancé par l’Institut Historique Allemand de Paris que mon sujet s’est véritablement construit ! Puisqu’il s’agissait d’intégrer le groupe de recherche sur « la performance des jeux et des compétitions pour la sociabilité médiévale », j’ai donc choisis de bâtir ma réflexion autour de deux termes principaux : jeux et sociabilité. Ainsi il m’est apparu tout que ces « jeux et compétitions » s’incarnaient parfaitement dans les divertissements chevaleresques, et plus particulièrement les pas d’armes de par leur dimension à la fois politique, économique, culturelle, théâtrale et bien évidemment ludique. Pour étudier cette sociabilité, il m’a semblé opportun de travailler sur les liens amicaux et inamicaux existant entre les familles nobles. Enfin, qui dit Pas d’armes, dit XVe siècle. Le tableau est donc complet !