Pas d’armes et rivalités princières

Le but de ma thèse de doctorat, débutée en octobre 2014, est d’analyser le rôle des divertissements chevaleresques, et plus particulièrement des pas d’armes, au cœur des liens interpersonnels pouvant exister entre les hommes et les femmes des grandes cours princières occidentales au XVe siècle. Plus précisément, il s’agira d’établir une étude comparatiste, ayant comme points de mire la rivalité entre les cours d’Anjou et de Bourgogne, de même que les liens amicaux, voir fraternels, qu’entretenaient entre eux les chevaliers.

pas de saumur entrée RRApparus en 1428 à la cour de Castille, les pas d’armes deviennent, dès la fin de la première moitié du XVe siècle, des instruments de promotion du pouvoir organisateur en place. A l’instar des tournois et des joutes, desquelles ils découlent directement, les pas d’armes jouent un rôle prédominant dans les politiques festives des princes occidentaux. Mais contrairement à leurs ainés, les pas n’ont pas pour but premier de célébrer un traité de paix ou économique, et n’ont pas comme ambition de devenir des festivités annuelles ou du moins organisées selon un calendrier bien défini. Les pas sont à comprendre à la fois comme de grandes fêtes de la chevalerie, où les prouesses personnelles, l’ostentation et l’exaltation d’un fort sentiment d’unité, voir « national » lorsque la fine fleur chevaleresque d’une principauté est réunie, est de mise ; et à la fois comme un moyen d’ériger le prince, qu’il soit organisateur ou mécène, et son pouvoir come symbole absolu de la Chevalerie. C’est là un point crucial de ce sujet, puisque chaque cour organisant des pas plus fabuleux les uns que les autres se mettent en compétition avec leurs rivales afin de prouver leur supériorité en matière de chevalerie.

Une autre caractéristique des pas, les distinguant des joutes et des tournois, est le rôle prédominant de la littérature, en particulier arthurienne, dans l’élaboration de tels événements. Peut-être plus important que l’aspect agonal intrinsèquement lié à toute compétition, l’univers imaginaire créé par l’entrepreneur et la mimésis acceptée par les chevaliers participants, fortement encouragé par les volontés princières, confèrent aux pas d’armes leur caractère unique dans le monde des divertissements médiévaux.

 

Crédits photographiques:

Le pas de Saumur, Saint-Pétersbourg, Bibliothèque nationale de Russie Saltykov-Chtchedrine, ms. fr. F. p. XIV, 4, fol. 6r


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.